TRANSFIGURATION

31 décembre 2020 § 3 Commentaires

transfiguration par Kajan – feutres et alcool sur compte de jeu


au bord de l’année
au bord ultime
j’entendais parler du brouillard
je découvre la lumière
j’entendais des voix de peur
je trouve l’amour
je suis là
je regarde cette lumineuse étendue
où est le haut ? est-ce le bas ?
je suis en vie
j’aime vivre
ce mystère produit de la chaleur
cette énigme me fait tousser, transpirer, frissonner
je respire

Catherine Jan dite Kajan


Un geste vers le bas
ne trouve pas toujours
un geste vers le haut.
Mais lorsqu’il le trouve
ils vont tous deux vers le haut
ou tous deux vers le bas. Ou peut-être les directions disparaissent
et inaugurent dans le point de rencontre
la transfiguration qui les dispense
d’un mouvement quelconque.
Tout geste est une épiphanie
lorsqu’il n’y a plus de différences
entre le haut et le bas.

Un gesto hacia abajo
no siempre encuentra
un gesto hacia arriba.
Pero cuando lo encuentra
van los dos hacia arriba
o los dos hacia abajo. O quizá se disuelven los sentidos
e inauguran en el punto de encuentro
la transfiguración que los exime
de cualquier movimiento.
Todo gesto es una epifanía,
cuando ya no hay diferencias
entre arriba y abajo.

Roberto Juarroz  
Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

trouvé chez ARBREALETTRES

toute crue

17 novembre 2017 § Poster un commentaire

l’étoile…

réponse en interrogation

24 février 2017 § Poster un commentaire

un dessin rencontre réalisé hier soir à partir de la carte couleur noire, de la carte du Tarot « le fou » et d’une court extrait de Guillevic…

« Le poème

Nous met au monde. »

 

 

dessin-rencontre-du-22-02-2017-par-kajanc

à propos du dessin rencontre …

 

présences et papier

14 avril 2012 § 4 Commentaires

fabrication de papier artisanal et apparitions transitoires entre deux feuilles… beauté fugace des transparences… jeu d’encre sur pâte de papier…

Apparition

Je vis un ange blanc qui passait sur ma tête ;
Son vol éblouissant apaisait la tempête,
Et faisait taire au loin la mer pleine de bruit.
– Qu’est-ce que tu viens faire, ange, dans cette nuit ?
Lui dis-je. – Il répondit : – je viens prendre ton âme. –
Et j’eus peur, car je vis que c’était une femme ;
Et je lui dis, tremblant et lui tendant les bras :
– Que me restera-t-il ? car tu t’envoleras. –
Il ne répondit pas ; le ciel que l’ombre assiège
S’éteignait… – Si tu prends mon âme, m’écriai-je,
Où l’emporteras-tu ? montre-moi dans quel lieu.
Il se taisait toujours. – Ô passant du ciel bleu,
Es-tu la mort ? lui dis-je, ou bien es-tu la vie ? –
Et la nuit augmentait sur mon âme ravie,
Et l’ange devint noir, et dit : – Je suis l’amour.
Mais son front sombre était plus charmant que le jour,
Et je voyais, dans l’ombre où brillaient ses prunelles,
Les astres à travers les plumes de ses ailes.

Victor Hugo

à Mena

fleur calligraphique

3 mars 2012 § Poster un commentaire

 

fleur… passé médusé… souvenir en signes… sorti du carton pour y retourner aussitôt…aperçu de mon âme… hiérurgie floraison…

 

 

et de l’autre côté du rêve

2 mars 2012 § 1 commentaire

 

 

 

jeter l’encre au lac

22 août 2011 § 6 Commentaires

 

pensée concentrée comme un trait

l’encre sèche vite

vestiges d’une journée caniculaire

ombres à la recherche d’ombre

 

Où suis-je ?

Entrées taguées encre sur journal du dessin rencontre.