la cueilleuse

15 mai 2019 § Poster un commentaire

« la déesse des cueilleuses de fraises »
est apparue dans un cageot de fraises d’Espagne
en hommage aux femmes qui travaillent si dur
en tant que saisonnières agricoles…  

la cueilleuse par Kajan(c)

extrait de France Info du 8 février 2018 :

«Pendant environ cinq mois, ces ouvrières vont vivre en terre inconnue, séparées de leurs enfants et accomplissant un travail physiquement exigeant avec un seul objectif en tête: gagner le plus d’argent possible pour retourner au Maroc et aider à soutenir leurs familles», détaille Le Desk. 

Selon l’agence de presse espagnole EFE, 13.000 femmes, principalement issues du milieu rural marocain défavorisé, faisaient la queue cette semaine dans cinq villes du Maroc dans l’espoir de décrocher un emploi de saisonnier dans la récolte de fraises à Huelva, dans le sud de l’Espagne. Selon le site Huelva informacion, cité par Espacemre, la demande des producteurs serait de 16.000 saisonnières et non de 13.000. 

La préférence irait vers les mères de famille pour garantir le retour au pays à l’expiration du contrat. Le salaire brut journalier des ouvrières agricoles marocaine, en 2016, était de 39,48 euros. Elles perçoivent le même salaire que les travailleuses issues d’autres pays, notamment des pays de l’Est membres de l’UE, comme la Roumanie. Les Espagnols délaissent de plus en plus les emplois saisonniers, jugés trop pénibles, au profit des Marocains, Roumains ou Équatoriens. (…)

dérive
rien ne semble s’être méfait
la paysanne
à qui l’on vient de refuser
le troc de ses œufs
n’a même pas l’air triste
et ceux qui dans la boutique
détournent le regard
ignorent encore
qu’ils dérivent aussi
vers la même lésion du temps
Hédi Kaddour

présentées à Aperti XIII le 18 et 19 mai 2019

plus de détails sur www.aperti.ch

Où suis-je ?

Entrées taguées Hédi Kaddour sur journal du dessin rencontre.