dans le train

4 juin 2015 § Poster un commentaire

apparition Renens Genève par Kajan(c)

dessiné entre Renens et Genève aujourd’hui…

Le poème
est un oiseau
qui a du mal à se poser

La pierre
est un oiseau
qui a du mal à s’envoler

Werner Lambersy                                                                                                                                                                             trouvé chez Arbrealettres……. mon fournisseur agréé de parures de dessin

toujours le même t’aime

31 mai 2015 § Poster un commentaire

deux t'aime tu l'auras par Kajan(c)

variation sur un dessin de l’année passée… déclinaison infinie des traits… de l’amour particulier à l’amour cosmique…

je t'aime par Kajan(c)

Comme nous
elles naissent opaques
et d’un matériau commun
pour arriver parfois au diamant
et taillées par un art amoureux
retrouver les éclats
d’une étoile
dont nous sommes restés
les orphelins obscurs et douloureux

Comme nous
elles sont constituées surtout
de vide
et dorment d’un sommeil animal
autant que végétal
mais sans doute moins inquiet
et plus profond

Comme nous
elles possèdent des membres
des poumons et des paupières
quelles agitent moins souvent
moins brutalement
et avec une extrême discrétion

Elles se parfument
mais d’essences plus subtiles
où entrent des rappels d’alambics
immémoriaux et soufrés

Elles aiment les caresses
et s’usent volontiers
vers des courbes et des rondeurs
familières de nuques et de hanches

Elles se montrent gourmandes
mais d’épices
dont les ardeurs montent plus haut
plus loin dans les vertiges
de la durée
et les sargasses cosmiques
de la création
dans les frayères glauques
des premières vapeurs
des gésines gazeuses du néant

Werner Lambersy   trouvé ici chez Arbrealettres……

évocation au dix long

11 février 2013 § Poster un commentaire

apparitions au billet de dix francs suisses…

aux dix longs par Kajan(c)

dans l’inspiration du projet « le prix du paradis » en cours jusqu’à Aperti……………

 

C’est un poème
que j’ai
commencé
à minuit dix
ça je le sais
tu venais
de remonter
le bathyscaphe
rose
de ta langue

Et
tes cuisses
me
quittaient
comme
des tours
qu’un séisme
vient
d’ébranler

Alors
j’ai regardé
l’heure

juste pour
savoir
quand la fin
du monde
venait
d’avoir lieu

Werner Lambersy

aux dix longs par Kajan(c)détail

dix moi ……….

Où suis-je ?

Entrées taguées Werner Lambersy sur journal du dessin rencontre.