avant l’Avent … et après ?

2 décembre 2017 § Poster un commentaire

#FatventCalendar

très touchée par le témoignage dessiné de Lucie Larousse (cliquez ici) je participe à ma façon à son FATventCalender avec ce petit autoportrait à la fleur qui exprime tout le potentiel cosmique contenu en chacun de nous …  

 

Les dieux n’ont pas eu d’autre substance
que celle que j’ai moi-même.

J’ai, comme eux, la substance de tout ce qui a été vécu
et de tout ce qui reste à vivre.

Je ne suis pas seulement un présent,
mais une fugue torrentielle, de bout en bout.

Et ce que je vois, de part et d’autre, dans cette fugue
(avec des roses, des ailes brisées, de l’ombre et de la lumière)
n’appartient qu’à moi, souvenir et désirs
bien à moi, pressentiment, oubli.

Qui sait mieux que moi, qui,
quel homme ou quel dieu peut, a pu, ou pourra me dire à moi
ce que sont ma vie et ma mort, ce qu’elles ne sont pas ?

Si quelqu’un le sait, je le sais mieux que lui,
et si quelqu’un l’ignore, mieux que lui je l’ignore.

Une lutte entre cette ignorance et ce savoir,
voilà ma vie, sa vie, voilà la vie.

Passent des vents comme des oiseaux,
des oiseaux comme des fleurs,
des fleurs soleils et lunes,
des lunes soleils comme moi,
comme des âmes comme des corps,
des corps comme la mort et la résurrection ;
comme des dieux.

Et je suis un dieu sans épée,
sans rien de ce que font les hommes avec leur science ;
seulement avec ce qui est le fruit de la vie, ce qui change tout ;
oui, de feu ou de lumière, de lumière.

Pourquoi mangeons-nous et buvons-nous autre chose
que lumière ou feu ?

Si je suis né dans le soleil, et si de lui je suis venu ici dans l’ombre,
suis-je fait de soleil et comme lui ai-je le pouvoir d’éclairer ?

Ma nostalgie, comme celle de la lune,
est d’avoir été soleil d’un soleil un jour et de le refléter, sans plus, maintenant.

Passe l’iris en chantant comme moi.

Adieu iris, iris, nous nous reverrons,
car l’amour est un et seul
et il revient chaque jour.

***

Los dioses no tuvieron más sustancia
que la que tengo yo. Yo tengo, como ellos,
la sustancia de todo lo vivido
y de todo lo por vivir. No soy presente sólo,
sino fuga raudal de cabo a fin. Y lo que veo
a un lado y otro, en esta fuga,
rosas, restos de alas, sombra y luz,
es sólo mío,
recuerdo y ansia míos, presentimiento, olvido.
¿Quién sabe más que yo, quién puede,
ha podido, podrá decirme a mí
qué es mi vida y mi muerte, qué no es?
Si hay quien lo sabe,
yo lo sé más que ése, y si lo ignora,
más que ése lo ignoro.
Lucha entre este saber y este ignorar
es vida, su vida, y es la vida. Pasan vientos
como pájaros, pájaros igual que flores,
flores soles y lunas, lunas soles
como yo, como almas, como cuerpos,
cuerpos como la muerte y la resurrección,
como dioses. Y son un dios
sin espada, sin nada
de lo que hacen los hombres con su ciencia;
sólo con lo que es producto de lo vivo,
lo que se cambia todo; sí, de fuego
o de luz, luz. ¿Por qué comemos y bebemos
otra cosa que luz o fuego? Como yo he nacido
en el sol y del sol he venido aquí a la sombra,
¿sol del sol, como el sol alumbro?, y mi nostaljia,
como la de la luna, es haber sido sol
y reflejarlo sólo ahora. Pasa el iris
cantando como yo. Adiós iris, iris,
volveremos a vernos, que el amor
es uno solo y vuelve cada día.

Juan Ramón Jiménez

merci à arbrealettres mon grand pourvoyeur de poésie d’avoir publié ce poème exactement au bon moment …

 

 

besoin de transformer … dessin à colorier

6 août 2017 § Poster un commentaire

de renverser…

ces quelques dessins du cahier à colorier inopinément m’ont appelée… eux aussi… je me dis que le coloriage est trop sage et j’attends quelques visions à partir du mignon cochon, du petit chat endormi et de la tortue gourmande… les voici délivrées…

Plus large la vision,
plus étroite la parole.

Al-Niffari

Tout concentrer dans une vision poétique des évènements
et jouir ainsi des choses, transformer en être fantastique
ce qui habituellement arrive de la manière la plus banale

Pier Paolo Pasolini

 

maintenant vous pouvez colorier… vous pouvez écrire… vous pouvez courir nu dans la forêt et… bonheur suprême… vous pouvez ne rien faire…

 

un signe au tournant de l’année

31 décembre 2016 § Poster un commentaire

asli-liberee-par-kajanc

j’ai découvert Aslı Erdoğan grace à Tieri Briet lorsqu’elle a été emprisonnée et menacée de perpétuité pour collaboration terroriste… j’ai lu ses textes qui m’ont inspirée… c’est une écrivaine puissante dont les mots font jaillir des images sur mon papier à dessin… ce dessin-là je voulais le lui envoyer en prison… c’est ainsi que je l’imaginais attendre le jour de sa libération…  là voici libérée sous conditions… une note d’espoir au tournant de cette année…

 

extrait du Courrier International du 30 décembre 2016 :

L’écrivaine turque a passé 132 jours derrière les barreaux. Accusée de “propagande terroriste”, elle risque toujours la prison à vie.
Je suis une écrivaine, ma raison d’être est de raconter”, avait clamé Aslı Erdoğan face à ses juges à Istanbul, jeudi 29 décembre.
Quelques heures plus tard, l’auteure était autorisée à quitter sa prison après 132 jours de détention provisoire pour “propagande terroriste”, rapporte le site Hürriyet Daily News. Aslı Erdoğan (49 ans) comparaissait aux côtés de huit journalistes et intellectuels, mis en cause comme elle pour avoir collaboré au journal prokurde Özgür Gündem. La publication a été “fermée (depuis) en raison de ses liens supposés avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK)”.

Tous les prévenus emprisonnés ont été remis en liberté provisoire, à l’exception du journaliste İnan Kızılkaya, qui reste incarcéré. “On m’accuse d’être membre d’une organisation terroriste sur la seule base que mon nom apparaît dans l’ours du journal”, avait dénoncé Erdoğan, dont la comparution a reçu un fort écho dans la presse internationale.

Le sort de la romancière demeure incertain malgré sa libération. Sous contrôle judiciaire, elle et ses coaccusés risquent toujours la prison à vie. Une nouvelle audience doit se tenir le 2 janvier.

 

************

Justice et liberté,
Frères ne dites pas
Que l’aurore brille devant nous.
Justice et liberté
Frères osez
Demain nous rosserons le Diable à mort.

Venus des montagnes,
Montés des vallées,
Traînez le poids au pied :
Justice et liberté
Frères ne posez pas de questions
Nous seuls sommes le tribunal du monde.

Vastes terres,
Rues étroites,
Frères, c’est notre foulée.
Pleurer, rire,
Aimer, haïr,
Nous entraînons tous les dieux avec nous.

***

Recht und Freiheit,
Brüder sagt nicht
Vor uns scheint das Morgenrot.
Recht und Freiheit
Brüder wagt es
Morgen schlagen wir den Teufel tot.

Von den Bergen,
Aus den Tälern,
Schleppt am Fuß das Bleigewicht:
Recht und Freiheit
Brüder fragt nicht
Wir nun sind das Weltgericht.

Weite Lnder,
Enge Gassen,
Brüder, das ist unser Schritt.
Weinen, Lachen,
Lieben, Hassen,
Alle Götter ziehn wir mit.

Hannah Arendt

 

avant et après … Avallon

20 septembre 2016 § 4 Commentaires

la bête est apparue pendant la balade dans Avallon … sur le plan de l’office du tourisme … inopinément … 

Les bêtes autrefois
s’arrêtaient dans les clairières
et demeuraient là longtemps
signes lumineux
sur des pavillons d’or.

Mesurées patientes
elles se sont retirées dans l’obscur
et leur absence aujourd’hui
brûle nos yeux.

Jean-Paul Hameury … trouvé chez arbrealettres

 

Keziah et l’ours

25 avril 2016 § Poster un commentaire

Keziah et l'ours par Kajan(c)

un dessin de commande… portrait rêvé de l’enfant… promenade à partir d’une photographie… retrouvailles oniriques…

 

moucharabieh

11 août 2015 § 6 Commentaires

moucharabieh par Kajan(c)

cachée et pourtant visible… lointaine et proche à la fois… multiple et une en même temps… comme cela résonne avec mon présent… ce dessin improvisé dans un cahier de coloriage…

le cahier de coloriage encore vierge...

tombée inopinément sur ce cahier dans une vitrine de la petite ville de province… une mode « nouvelle » le coloriage… remontée de nos enfances… une pratique relaxante… tenterions-nous de poser dans ces cahiers les couleurs qui manquent dehors ?

en transparence par Kajan(c)

ÉLÉGIE

Ne bouge pas.
Si tu bouges tu le brises.
Comme une grande bulle de cristal mince
ce soir, est le monde :
il gonfle il gonfle il monte.
Qui d’entre nous
croyait en épier le rythme et le souffle ?

Mieux vaut ne pas bouger.
C’est un bleu d’eau profonde
qui nous enveloppe,
en lui
pullulent formes images arabesques.
Ici pas de lune pour nous :
c’est plus loin qu’elle doit s’arrêter :
les confins du visible en écument.

Fleurs d’ombre
jamais vues, imaginées,
vergers emprisonnés
par deux murs,
parfums entre les doigts des potagers !
Nuit sombre, crées-tu des fantômes ou berces-tu
dans tes bras un monde ?

Ne bouge pas.
Comme une bulle immense,
tout gonfle, tout monte.
Et toute cette fausse réalité
explosera
peut-être.
Nous, nous resterons peut-être.
Nous peut-être.
Ne bouge pas.
Si tu bouges tu le brises.

Tu pleures ?

Eugenio Montale

pleine lune

18 novembre 2013 § Poster un commentaire

improvisation sous la lune d’une carte médecine « le lapin »      ( dessin de départ d’ Angela C. Werneke… )

Lapin shamane par Kajan (c)

Brillante de beauté comme lune d’automne,
qu’en mon esprit la déesse des paroles,
écartant le rideau de ténèbres,
illumine le sens de toutes choses.

extrait de Sahityadarpana de Viswanatha

Où suis-je ?

Catégorie portrait rêvé sur journal du dessin rencontre.