mater dolorosa

23 juin 2019 § 2 Commentaires

mater dolorosa
gelée à la rose
perdre ma mère n’est pas un thème pour la chanson
perdre sa mère
comment le peut-on?
sous la lune
en perpétuelle gestation
le temps a craché des mots incompréhensibles
dont le poète s’est saisi
tu semblais là
es-tu partie?
le vide n’a jamais semblé aussi plein d’impossibles questions
ce soir ma peine se soigne à l’essence de rose
dans le jardin éternel
tu reposes
poème et dessin de Catherine Jan dite Kajan

chanson à la rose par Kajan(c)

à la radio

31 mai 2019 § Poster un commentaire

un dessin rencontre
réalisé pendant un entretien accordé à Justin Müller
à l’occasion d’aperti XIII
et diffusé dans l’émission de radio Versus sur Espace 2
https://www.rts.ch/play/radio/versus/audio/aperti-le-temps-de-latelier-22?id=10485073

le texte d’où sortent les mots :

Le livre de l’intranquillité de Bernardo Soares ( Fernando Pessoa )

Combien de Césars j’ai été !

La vie se ramène pour nous à ce que nous sommes capables d’en concevoir. Aux yeux du paysan, pour lequel son champ est tout au monde, ce champ est un empire. Aux yeux de César, pour qui son empire est encore peu de chose, cet empire n’est qu’un champ. Le pauvre possède un empire ; le puissant possède un champ. En fait, nous ne possédons jamais que nos impressions ; c’est donc sur elles, et non sur ce qu’elles perçoivent, que nous devons fonder la réalité de notre existence.

(Ceci ne me vient à propos de rien en particulier.)

J’ai beaucoup rêvé. Je suis lassé d’avoir tant rêvé, mais non point de rêver. Rêver, voilà ce dont nul ne se lasse, car c’est oublier, et l’oubli ne nous pèse pas, c’est un sommeil dépourvu de songes, pendant lequel nous demeurons éveillés. En rêve, j’ai tout obtenu. Je me suis réveillé aussi, mais qu’importe ? Combien de Césars n’ai-je pas été ! Et les plus glorieux, quels hommes médiocres ! César, sauvé de la mort par la générosité d’un pirate, fait crucifier ce même pirate dès qu’il a réussi, après bien des recherches, à mettre la main sur lui. Napoléon, rédigeant son testament à Sainte-Hélène, stipule un legs en faveur d’un bandit qui avait tenté d’assassiner Wellington. O grandeurs, si semblables aux grandeurs d’âme de ma voisine borgne ! Ô grands hommes, dignes d’une cuisinière de l’autre monde ! Combien de Césars ai-je déjà été, et rêve encore d’être ?

Combien de Césars, oui, mais jamais pour de bon. Je n’ai été véritablement impérial qu’autant que je rêvais, et c’est pourquoi je n’ai jamais rien été ! Mes armées, certes, ont connu la défaite, mais une défaite moelleuse à souhait, et personne n’y fut occis. Je n’y ai perdu aucun étendard : je n’ai pas rêvé mes armées au point de faire apparaître leurs drapeaux à mon regard, car le rêve se heurte toujours à un tournant… Combien de Césars n’ai-je pas été, ici même, dans ma Rua dos Douradores. Et les Césars que j’ai été vivent toujours dans mon imagination ; mais les Césars qui ont vécu réellement sont morts aujourd’hui, et la Rua dos Douradores, autrement dit la Réalité, ne peut plus rien en connaître.

Je jette ma boîte d’allumettes, vide à présent, dans cet abîme de la rue, au-delà de l’appui de ma fenêtre dépourvue de balcon. Je me redresse sur ma chaise, et j’écoute. Nettement, comme si elle signifiait quelque chose, la boîte d’allumettes vide résonne sur la chaussée qui s’annonce ainsi déserte. Aucun autre son, sauf ceux de la ville entière. Oui, les sons de la ville d’un dimanche tout entier, si nombreux, sans se concerter, mais tous justes.

Que peu de chose, dans le monde réel, suffit pour former la base de nos réflexions les plus profondes : être arrivé en retard pour mon déjeuner, avoir trouvé ma boîte d’allumettes vide, l’avoir jetée dans la rue, à titre individuel, avoir éprouvé de la mauvaise humeur à cause d’un repas pris à une heure indue ; et que ce soit dimanche, aérienne promesse d’un couchant raté, et n’être personne en ce bas monde — et puis la métaphysique tout entière. Mais combien de Césars j’ai été !

Jupiter et la bouchée aux noix

4 février 2019 § 1 commentaire

qui a rêvé de voyager en mangeant un biscuit aux noix ?
mon ami Sylvain m’en a offerts pour accompagner le café…
quelques jours après, le sachet vide sur la table me présentait un hublot inopiné…
et la voyageuse de l’espace n’avait plus qu’à apparaitre…

sur une musique d’il y a longtemps composée par Georges Delerue et nommée Jupiter…

L’Espace est une nuée dans les yeux
Le Temps est une musique dans les oreilles.

John Francis Shade

Ô espace
Ô chemin vers ce que je veux et ne veux pas
Est-il possible
Que tant de splendeur et de mystère
Soient une femme?

Adonis

Que 2019 soit l’espace de tous vos possibles !

 

 

Ode to Scott

31 octobre 2018 § Poster un commentaire

depuis tant que je te dessine Scott … je t’ai imaginé tel une icône byzantine entre deux étapes de ta tournée à te broder le coeur …

dans le sac

27 mai 2018 § Poster un commentaire

Il faut toute la puissance d’un graphisme exotique pour évoquer les arômes d’un café ougandais contenu désormais dans une capsule en aluminium…
quelqu’un l’a laissé sur ma table ce sac haut en couleurs… j’y ai soudainement entrevu l’esprit d’un shamane…
je crois qu’il appelle afin de nous réveiller…

 

croyons-nous pouvoir encore longtemps dissimuler des cris sous une cosmétique impeccable?
j’entends des murmures sauvages nous appeler…
saurons-nous y répondre? …
le café, cette belle plante tropicale devrait pourtant stimuler notre système nerveux… nous inspirer ? … 

La créole qui danse
Encore à minuit
dansera jusqu’à l’aurore
jusqu’à midi et jusqu’à l’autre nuit

Les seins bandés
Et les yeux clos
Elle parcourt un beau pays
où la tendresse se mêle à la colère

Elle sera toute surprise
après la danse après l’ivresse
de retrouver la rue froide
La nuit précoce et les draps froids

Comme une Vénus inconnue
Surgissant de la conque blanche du lit
Elle reposera son beau corps
En rêvant d’un Olympe noir comme elle

Et des anges noirs comme du charbon
soulevant cette déesse de couleur
l’emporteront vers un pays de ténèbres
où brille un soleil éclatant et bleu

Là les amants sont tendres et méchants
Et ils comprennent ses chansons
L’amour ne les fatigue pas
Et la mer a le parfum des corps virils

Voilà la vie de la créole qui danse
Qui danse encore à minuit
Qui dansera jusqu’à l’aurore
Jusqu’à demain midi et toute l’autre nuit.

Robert Desnos

 

la folle échappée

20 mai 2018 § Poster un commentaire

une fois de plus échappée … envolée de la soirée … mon hôte est resté bouche bée … tout ça à cause du marché du lard … mes cheveux bien dressés ont libéré mes idées … noires ou bleues comme l’encre de mon stylo bille courant sur le carton … sauvée

Rhinocéros

21 mars 2018 § Poster un commentaire

la dernière victime de l’hiver des hommes…

Sudan, le dernier rhinocéros blanc mâle du Nord, est mort à l’âge de 45 ans au Kenya, ainsi que l’ont annoncé les responsables de l’Ol Pejeta Conservancy et le zoo Dvůr Králové. 
Dans un communiqué empli d’émotion diffusé sur son compte Twitter, la réserve pour animaux sauvages qui abritait Sultan a fait part de sa « grande tristesse », expliquant que l’animal était mort des suites de complications dues à son âge. Suite à d’importants problèmes musculaires et à une série de blessures ouvertes, Sudan ne pouvait plus se lever et souffrait énormément, ce qui a poussé les responsables de la réserve à prendre la décision de l’euthanasier.
Une décision d’autant plus compliquée que Sudan était le dernier représentant mâle de l’espèce des rhinocéros blancs du Nord. Trois spécimens de cette espèce ces trois dernières années, et en octobre 2014, le dernier spécimen mâle apte à la reproduction naturelle était décédé. Il ne reste aujourd’hui que des spécimens de rhinocéros blancs du Nord au monde, la femelle Najin et sa fille Fatu, qui vivent dans la même réserve que celle où s’est éteint Sudan. Les seuls espoirs de sauver l’espèce reposent donc sur des tentatives de fécondation in vitro grâce à la semence de rhinocéros blanc du Nord précédemment récoltée. (communiqué de presse mars 2018)

 

CHAQUE ANIMAL

Chaque animal sait prendre une autre forme
et pour cela son poète est choisi.
Les chants des geais, des rossignols s’entendent
et tout poème est bestiaire ardent.

Suis-je l’oiseau, le lion, la panthère
ou la fourmi ? D’amours zoologiques,
je suis épris sans savoir si je rampe
ou si je nage ou si je marche ou vole,

mais que je sois de pelage ou de plumes,
insecte ou ver, ingénument licorne,
hibou, saumon, rhinocéros, abeille,
je vois partout l’ombre du Grand Chasseur.

Robert Sabatier

 

Où suis-je ?

Entrées taguées art sur journal du dessin rencontre.