recueil

13 avril 2019 § 3 Commentaires

ou le voyage des vanités

 

 

ce carnet a été réalisé d’un trait en une soirée
puis il est parti aux Philippines…

CE QUI VA ET VIENT

D’où (lentement) vient ce qui vient ?
D’où émerge ce qui s’élève ?
D’où sort vivement ce qui veut,
ce qui veut être et veut être visible ?

J’assiste je ne sais pas
qui voit qui est vu qui gronde qui se tait
qui demeure qui se disperse
brille par ici s’éteint là-bas

Ce qui veut être
est-ce moi qui ne suis plus ?
Ce qui est tenu n’est pas entendu
Ce qui devait venir nest pas venu
Ce peu de chose n’est rien.

Mais l’ombre et la lumière (que je connais bien)
tournent autour l’un de l’autre
formant au regard maints objets pleins
par exemple le silence d’une plante
par exemple le poids d’une pierre
ou un simple mouvement
qui va qui s’éloigne qui revient
pendant que je me tiens debout

Quelquefois je marche et ne dis rien.

Jean Tardieu

printemps

21 mars 2019 § 2 Commentaires

c’est le printemps

le broyage des poussins vivants doit être interdit

je viens de le lire

qui peut bien broyer des poussins ?

parfois je broie du noir

je ne crois pas qu’à l’intérieur se cache aucun poussin

j’espère

je crois que ce monde parfois essaie de me broyer

je ne suis pas un poussin

c’est le printemps

                  Catherine Jan dite Kajan

Goodbye ma jeunesse

26 février 2019 § 2 Commentaires

 

⭐️
le seul ordre que je connaisse est un chaos poétique
je l’accepte
je l’accueille
il est l’écho d’un rivage enchanteur que ce monde a oublié depuis longtemps
et vogue ma barque
vers l’inconnu infini et doux
loin de tout

à Mark Hollis

sous la lune de février

19 février 2019 § 1 commentaire

dessiné ce soir au stylo bille …

où est ma tête ? je ne vois plus que la lune …

***

Avions-nous convoyé le reflet d’un reflet
ou mis le cap sur l’analogue

n’avoir plus faim n’abolit pas la faim
et les nommer ne scelle pas les choses

qui pouvait dire,
je suis là où finit le voyage
si le regard levait encore un horizon
sous le couchant défait

certains voulaient la neige pour s’unir au silence
et d’autres une parole
qui chiffrerait d’un mot tout le visible

mais l’œil qui s’éveillait une nouvelle fois
reflétait aussi bien la fin que le commencement

ailleurs
les pierres mêmes avaient sommeil

Bernard Noël
trouvé chez Arbrealettres

 

 

 

comme des dessins

17 février 2019 § 1 commentaire

j’aime regarder…
tout…
intensément…
longtemps…
je croyais secrètement que cette pratique était une fenêtre sur la Vérité…
qu’à force de regarder mes yeux finiraient par voir…
je t’ai tellement regardé que tu as fini par ressembler à un dessin…

j’ai aussi porté des lunettes avec une inscription sur le montant :
« Ouvre ton troisième œil » …
comme une injonction prometteuse de révélation…

j’ai tellement espéré qu’un drôle d’oeil m’a poussé dans la main dont je n’avais soudainement plus besoin pour te prendre…
ton image dans le soir ressemble à un tableau… ou à un rêve…
tel un moine concentré tu flottes enfin dans le pourpre enflammé…

 

nous sommes encore habités par d’anciennes images
dont nous ne savons plus exprimer le secret
et même souvent nous croyons les avoir égarées
à jamais quand notre cœur est lourd
et que la fatigue infinie de l’été
nous écrase mais c’est alors que dans la nuit
à l’improviste un chant à peine modulé
nous visite, ou l’éclat d’une étoile
et c’est comme une prière sans mots
qui chercherait à délivrer la source
de la clarté parmi la sylve des soucis obscurs
Jean-Claude Pirotte

 

merci à Serge Sautereau pour toute l’inspiration qu’il me donne…

hibernation

11 février 2019 § 2 Commentaires


dessin sur carton de Kajan

 

AU MILIEU DE L’HIVER

Une lumière blême
jaillit de mes habits.
Solstice d’hiver.
Des tambourins de glace cliquetante.
Je ferme les yeux.
Il y a un monde muet
il y a une fissure
où les morts passent la frontière
en cachette.

Tomas Tranströmer

mots trouvés chez Arbrealettres

 

 

Jupiter et la bouchée aux noix

4 février 2019 § 1 commentaire

qui a rêvé de voyager en mangeant un biscuit aux noix ?
mon ami Sylvain m’en a offerts pour accompagner le café…
quelques jours après, le sachet vide sur la table me présentait un hublot inopiné…
et la voyageuse de l’espace n’avait plus qu’à apparaitre…

sur une musique d’il y a longtemps composée par Georges Delerue et nommée Jupiter…

L’Espace est une nuée dans les yeux
Le Temps est une musique dans les oreilles.

John Francis Shade

Ô espace
Ô chemin vers ce que je veux et ne veux pas
Est-il possible
Que tant de splendeur et de mystère
Soient une femme?

Adonis

Que 2019 soit l’espace de tous vos possibles !

 

 

Où suis-je ?

Entrées taguées Catherine Jan dite Kajan sur journal du dessin rencontre.