moins seul

19 novembre 2017 § 10 Commentaires

au commencement dans un sillage d’encre

solitude pourpre et silencieuse

Plein d’incertitude
Est l’automne.
Au moindre motif,
Involontairement,
Le cœur – n’est-il pas vrai? –
Se sent dans la tristesse.

Le moine Saigyô

avalé par la bête du temps

 

des années plus tard au réveil

à côté de lui

ajout dessiné de Celeste Cabrita

 

Cette lune sur l’eau
Est-ce toi
Cette lune dans l’eau
Est-ce toi
Est-ce toi reflet et éclat
A toi-même inédits
En ton unique mémoire
Tu regardes
Et tu t’éloignes
Tu souris
Et tu t’éloignes
A jamais proche inaccessible
Dans l’au-delà d’ici
Dans l’au-delà de toi.

François Cheng

Où suis-je ?

Entrées taguées Celeste Cabrita sur journal du dessin rencontre.