moins seul

19 novembre 2017 § 10 Commentaires

au commencement dans un sillage d’encre

solitude pourpre et silencieuse

Plein d’incertitude
Est l’automne.
Au moindre motif,
Involontairement,
Le cœur – n’est-il pas vrai? –
Se sent dans la tristesse.

Le moine Saigyô

avalé par la bête du temps

 

des années plus tard au réveil

à côté de lui

ajout dessiné de Celeste Cabrita

 

Cette lune sur l’eau
Est-ce toi
Cette lune dans l’eau
Est-ce toi
Est-ce toi reflet et éclat
A toi-même inédits
En ton unique mémoire
Tu regardes
Et tu t’éloignes
Tu souris
Et tu t’éloignes
A jamais proche inaccessible
Dans l’au-delà d’ici
Dans l’au-delà de toi.

François Cheng

Tagué :, , , , , , ,

§ 10 réponses à moins seul

  • billielugosi dit :

    Magnifique

    • Kajan dit :

      merci ★

      Magnifique, non !?

      Quand on va mourir,
      on ouvre des yeux
      grands comme la terre
      et, d’un seul regard,
      pour l’éternité,
      on fait provision
      de ce qu’on aimait.

      Gilbert Cesbron …trouvé sur arbrealettres

  • Esther Luette dit :

    Belles correspondances des mots aux images et inversement 🙂

    • Kajan dit :

      « Mais plus que mode de connaissance,
      la poésie est d’abord mode de vie – et de vie intégrale.
      Le poète existait dans l’homme des cavernes,
      il existera dans l’homme des âges atomiques parce qu’il est part irréductible de l’homme. »

      Saint-John Perse

      et vice versa … inopinément…

      • billielugosi dit :

        « Je te fais signe à travers les flammes.
        Le Pôle Nord a changé de place.
        La Destinée Manifeste n’est plus manifeste.
        La civilisation s’autodétruit.
        Némésis frappe à la porte.
        À quoi bon des poètes dans une pareille époque ?
        À quoi sert la poésie ?
        L’imprimerie a rendu la poésie silencieuse, elle y a perdu son chant. Fais-la chanter de nouveau !
        Si tu te veux poète, crée des oeuvres capables de relever les défis d’une apocalypse, et s’il le faut, prends des accents apocalyptiques.
        Tu es Whitman, tu es Poe, tu es Mark Twain, tu es Emily Dickinson et Edna St Vincent Millay, tu es Neruda et Maïakovski et Pasolini, Américain(e) ou non, tu peux conquérir les conquérants avec des mots.
        Si tu te veux poète, écris des journaux vivants. Sois reporter dans l’espace, envoie tes dépêches au suprême rédacteur en chef qui veut la vérité, rien que la vérité, et pas de blabla… »

        Poésie art de l’insurrection – Ferlinghetti

      • Kajan dit :

        voilà qui va colorer ma journée de façon adéquate … sang de raille … cri de gare … étreinte passagère … rumeur expirée derrière un journal … tapotements enchaînés

  • Kajan dit :

    merci pour vos commentaires … ★

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement moins seul à journal du dessin rencontre.

Méta