du jour

6 juillet 2016 § 2 Commentaires

chacun de nous se laisse aller à la fascination de son propre fantasme… des pieds… un ballon… l’étrange chapelet retrouvé dans un tiroir… et ce dessin fait ce matin dans le bus et le métro…

fascination par Kajan(c)

 

Sur le tard, je n’aime que la quiétude.
Loin de mon esprit la vanité des choses.
Dénué de ressources, il me reste la joie
De hanter encore ma forêt ancienne.

La brise des pins me dénoue la ceinture;
La lune caresse les sons de ma cithare.
Quelle est, demandez-vous, l’ultime vérité?
Chant de pêcheur, dans les roseaux, qui s’éloigne…

Wang Wei

fascination et disparition

12 mars 2016 § 6 Commentaires

depuis plusieurs mois j’expérimente le dessin en transports publics… je tente de capter l’énergie de ce moment… mon temps de transport s’est allongé jusqu’à mon travail… j’observe les gens… nous sommes ensemble dans la rame du métro mais rien n’est moins sûr… quelque chose fascine… hypnotise même… 
moi et mon carnet de dessin … eux et leurs écrans … est-ce pareil ?

fascination et dissolution par Kajan©

 

Les cris jaune pâle des fous de Bassan
me vieillissent de mille ans
et à chaque résistance
l’ondulation
de chacun de leurs vols
bénit la terre
et bâtit le temple
de la Fascination

Judith Pointejour                  trouvé ici

fascination par Kajan(c)

à qui parler par Kajan(c)

 

 

bas les masques

29 septembre 2015 § Poster un commentaire

Bas les masques par Kajan(c)

quelques traits vite faits sur ma banquette de métro… quelque part entre la gare et le terminus… est-ce si différent d’être là à dessiner plutôt qu’à m’hypnotiser aux ondes virtuelles de mon téléphone dit intelligent ? 

le masque sourd du visage
mime le visage

délaisse le visage
le masque sourd de la page vide
déguise le vide
lui qui n’est que vide

Yang Lian

fascination par Kajan(c)

rêver …
est-ce ici ou ailleurs ?

D’un et de deux, de tous

Je suis le spectateur et l’acteur et l’auteur
Je suis la femme et son mari et leur enfant
Et le premier amour et le dernier amour
Et le passant furtif et l’amour confondu

Et de nouveau la femme et son lit et sa robe
Et ses bras partagés et le travail de l’homme
Et son plaisir en flèche et la houle femelle
Simple et double ma chair n’est jamais en exil

Car où commence un corps, je prends forme et conscience
Et même quand un corps se défait dans la mort
Je gis en son creuset j’épouse son tourment
Son infamie honore et mon cœur et la vie.

Paul Eluard

Est-ce en ciel par Kajan(c)

parfois même je me demande qui dessine ? …

Où suis-je ?

Entrées taguées fascination sur journal du dessin rencontre.