dans les cahiers …

5 novembre 2018 § 2 Commentaires

2 dessins inspirés par les mots de Lev Rubinstein …
pour rappel, le dessin rencontre est un dessin improvisé et inspiré par la rencontre
et un tirage de carte(s) et de mots au hasard
à expérimenter pour faire le point sur le moment présent,

s’échapper d’un maintenant pesant,
pour changer de point de vue,
pour sonder ce qui est exprimé sans mot…

Lev Rubinstein n’est pas un poète. Il a beau connaître ses classiques par cœur, il a beau avoir commencé à écrire ses propres vers, dès 1975, l’ancien bibliothécaire soviétique refuse d’être désigné comme tel. « Interrogé sur ce qu’il fait, il parlera de la nécessaire réflexivité de l’art, de la connivence de principe entre les arts graphiques et ceux du langage, de son intérêt pour tout texte qui n’est pas fiction », explique Hélène Henry, qui a traduit une anthologie de ses écrits, publiée aux éditions Le Tripode.
Dans l’URSS des années 1970 et du stalinisme mou de Brejnev, le bibliothécaire saisit les mots au vol. Il attrape les paroles ordinaires des passants, les mots de la langue de bois bureaucrate, façonnée par une philosophie qui tressaute sur place comme un disque rayé, il se saisit des vers de Pouchkine ou d’une littérature créée sur mesure selon les mots d’ordre des Maisons des Écrivains. Et patiemment, il les découpe, les décortique, les désassemble, dans ses bureaux de l’Institut Pédagogique de Moscou. Pour finalement les noter sur ses petites fiches de bibliothécaire.
De cette écriture sur fiche, il fait un genre à part entière. Chaque expression est cataloguée, classée, rangée. Chacune de ces fiches devient une strophe, soigneusement numérotée. Empilées, elles deviennent un poème, fantasque, une poésie transformée en un objet que l’on peut tenir dans sa main, un tas de fiches attachées par un élastique pour ne pas s’éparpiller. On déclame ces textes ainsi, fiche par fiche, et à chaque fois revient le claquement sec de la strophe que l’on pose brusquement sur la table, pour révéler la suivante.

d’un regard

5 octobre 2018 § Poster un commentaire

poème et dessin au mentaliste

aujourd’hui j’étais sans regard
les yeux avaient déserté mon visage
en faisant des tours de passe
j’attendais une révélation
comment retrouver la vue
quand tant d’épines ont poussé devant moi
je sais que les cartes sont là
dans le parfum soudain d’une rose
je comprends que c’est elle qui voit

 

 

le retour du dessin rencontre

26 juillet 2018 § Poster un commentaire

inopinément …

pour ceux qui l’ignorent, le dessin rencontre est un dessin intuitif inspiré par un tirage de cartes et d’une phrase au hasard … voici ceux-ci apparus hier soir sous une lune ascendante …

rien à ajouter 

31 juillet 2017 § 4 Commentaires

dessinés pendant les derniers jours de l’exposition …

mystère de ce soir

22 mars 2017 § Poster un commentaire

je ne suis pas de celles qui se laissent coller un meurtre sur le dos… même pour une fondue! le dessin rencontre de ce soir est apparu comme l’indice ultime que tout n’était qu’apparence: le principal était d’en rire… le lapin a enfin rejoint le ciel… plus personne ne se souvient de ce qu’il y a dans ce foutu couvre-chef… le chapeau claque pour la tête qui le mérite… lo lo lo lo… qu’il est doux de délirer en bonne compagnie… qu’il est léger de se laisser porter par le bruit de la pluie…

La magie de la poésie consiste à rendre compte du monde,
non en le désignant,
mais en le révélant.

Jean-Marc Debenedetti

 

réponse en interrogation

24 février 2017 § Poster un commentaire

un dessin rencontre réalisé hier soir à partir de la carte couleur noire, de la carte du Tarot « le fou » et d’une court extrait de Guillevic…

« Le poème

Nous met au monde. »

 

 

dessin-rencontre-du-22-02-2017-par-kajanc

à propos du dessin rencontre …

 

collaboration inopinée

20 mai 2016 § Poster un commentaire

sur le mode je te passe mon dessin et tu me files tes mots… une rencontre récente sur les chemins inspirés de la virtualité…

délicatement par Kajan©

Délicatement
D’un geste presque amoureux
Il lui posa
En une joyeuse métaphore
Ses deux couilles bien pendantes
Au sommet déclinant de son crâne
Convaincu ainsi
De l’esthétique excellence
D’une telle galéjade
Quoiqu’au rire univoque
De laquelle il dût admettre
Certes non sans mal
L’excès flagrant de ses intentions ambiguës
A l’égard d’une si vénérable
Et fameuse altesse
Se reconnaissant depuis toujours
En la personne de la Poésie.

poème de OGHR à trouver ici…

Où suis-je ?

Catégorie dessin rencontre sur journal du dessin rencontre.