CH oh

13 février 2011 § Poster un commentaire

 

Miss Helvetica  ( surnommée « Cuisse profonde » ) peut continuer à se lover contre son arme de service préférée… c’est tellement rassurant…

vraiment?

 

loooooooooooooooping

12 janvier 2011 § Poster un commentaire

DÉFINITION

Dieu est le plus court chemin de zéro à l’infini.

Dans quel sens,dira-t-on?

-Nous répondrons que Son prénom n’est pas Jules, mais Plus-et-Moins. Et l’on doit dire:

Plus-et-Moins Dieu est le plus court chemin de zéro à l’infini, dans un sens et dans l’autre.


extrait de  » Gestes et opinions du Docteur Faustroll  » d’Alfred Jarry

 

mouton suisse

28 novembre 2010 § Poster un commentaire

portrait rêvé d’un mouton suisse

en cette fin de dimanche hallucinogène

 


neomythe

18 mai 2010 § 4 Commentaires

encore une nouvelle application…

moquette du matin bonifie le turbin

voilà voilà

17 janvier 2010 § 6 Commentaires

trouvez le poisson

L’Irrémédiable

Une Idée, une Forme, un Être
Parti de l’azur et tombé
Dans un Styx bourbeux et plombé
Où nul œil du Ciel ne pénètre;

Un Ange, imprudent voyageur
Qu’a tenté l’amour du difforme,
Au fond d’un cauchemar énorme
Se débattant comme un nageur,

Et luttant, angoisses funèbres!
Contre un gigantesque remous
Qui va chantant comme les fous
Et pirouettant dans les ténèbres;

Un malheureux ensorcelé
Dans ses tâtonnements futiles,
Pour fuir d’un lieu plein de reptiles,
Cherchant la lumière et la clé;

Un damné descendant sans lampe,
Au bord d’un gouffre dont l’odeur
Trahit l’humide profondeur,
D’éternels escaliers sans rampe,

Où veillent des monstres visqueux
Dont les larges yeux de phosphore
Font une nuit plus noire encore
Et ne rendent visibles qu’eux;

Un navire pris dans le pôle,
Comme en un piège de cristal,
Cherchant par quel détroit fatal
Il est tombé dans cette geôle;

– Emblèmes nets, tableau parfait
D’une fortune irrémédiable,
Qui donne à penser que le Diable
Fait toujours bien tout ce qu’il fait!

Tête-à-tête sombre et limpide
Qu’un cœur devenu son miroir!
Puits de Vérité, clair et noir,
Où tremble une étoile livide,

Un phare ironique, infernal,
Flambeau des grâces sataniques,
Soulagement et gloire uniques,
– La conscience dans le Mal!

Baudelaire

elles@centrepompidou

12 novembre 2009 § 4 Commentaires

jours de novembre à Beaubourg

elles@centrepompidou

elles@centrepompidou

sur un échiquier à peine voilé

le hall d’entrée du grand musée

les pièces immobiles sont des cavaliers en fauteuils

échec à l’ennui?

au sommet trouve-t’on un roi?

en tout cas pas de doute sur la couleur des pièces…


« La réalité d’une œuvre, c’est le triple rapport qui s’établit entre la chose qu’elle est, le peintre qui l’a produite et celui qui la regarde. »



quel plaisir en attendant le sommeil

de savoir que la lumière me réveillera demain

ces longues ballades d’automne m’ont conduite au delà des apparences

sur le seuil tranquille je m’endors enfin




1 heure 21 de conversation téléphonique

17 septembre 2009 § Poster un commentaire

parce que deux nuages ont tant causé au milieu de la nuit en attendant les premières couleurs du lever du jour

les mots sont partis

le rose est resté

la moquette a chanté

un peu plus de moquette par Kajan

PQOQP

« à quoi peuvent bien ressembler les paroles des nuages?…surtout au milieu de la nuit? »

âme de PQOQP par Kajan

à ça?

PQOQP par Kajan

diptyque hommage aux fesses absentes


Où suis-je ?

Catégorie moquette sur journal du dessin rencontre.