un verre de thé

18 décembre 2009 § 1 commentaire

La force t’habite, mais tu ne la connais pas. Pour la découvrir, il te faut un catalyseur. Le jour où tu comprendras tout ceci, tu riras, mais entre-temps je veux bien remplir le rôle de stimulant. Je ris déjà et attends le jour où tu nous rejoindras dans la grande hilarité cosmique.

Tagué :, , ,

§ Une réponse à un verre de thé

  • tit dit :

    Je suis paradoxée:
    je veux bien rire et pleurer
    mais point de manière forcée,
    quelque soit la force,
    la vie est trop féroce
    et je suis trop fière
    je ne m’ouvrirai pas à l’univers.
    Qu’il s’ouvre lui,
    ce grand cosmique
    Même si j’en rêve
    de cet éternel comique
    il n’y aura pas de trève
    je me battrai sans cesse
    pour être moins qu’une princesse
    pour être animal
    et rejoindre la terre
    sous forme de poussière
    Je n’aurai plus mal
    je n’aurai pas d’âme
    de lames
    de larmes
    d’alarmes
    juste un corps mort
    comme n’importe quel corps mort.
    Mais j’apprécie le thé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement un verre de thé à journal du dessin rencontre.

Méta