Nilda

24 janvier 2010 § 4 Commentaires

hier soir tu es passé par là…

concert de Nilda Fernandez… mon regard allumé par la spontanéité, la poésie,  par ce nomade insaisissable étrangement amoureux… à la mémoire d’un chien andalou

y yo oigo el canto de la lombriz

en el corazón de muchas niñas

dans la pénombre, en entendant ta voix, je trace un autre chemin dans le pays des âmes


la flamme a jailli de mon cœur qui jusque là se consumait lentement…


à toi qui voulais surgir de la trappe tel un fou de sa boîte


Tagué :, , ,

§ 4 réponses à Nilda

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Nilda à journal du dessin rencontre.

Méta