pensées sauvages

22 août 2012 § Poster un commentaire

Le soleil de ses cent cornes
soulève le ciel bas.

Les taureaux dans la campagne
répètent le même geste.

La grêle frissonnante
qui tombe des vieux clochers

éveille et met en chemin
l’immense troupeau du vent.

Dans la rivière commencent
les batailles de poissons.

Mon âme, fille et garçon.
Silence!!!

Frederico Garcia Lorca

Tagué :, , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement pensées sauvages à journal du dessin rencontre.

Méta