savoir détourner le pingouin 

15 avril 2017 § Poster un commentaire

en continuant mon travail de transformation inopinée,  je garde à l’esprit notre capacité de tout renverser, de faire exploser la baudruche nommée realité: une perspective joyeuse quand la pensée s’amuse et n’est qu’un écho de la tendresse universelle, de la joie une que nous partageons… 

présence en chaque chose 

4 avril 2017 § 7 Commentaires

le désespoir serait-il appel à poésie ? chaque instant quotidien me pousse vers une révélation… vers une vision qui guérit de tout…

Il n’y a que de petits miracles quotidiens,
des illuminations,
des allumettes allumées subitement
dans l’obscurité

Virginia Woolf

l’immense quotidien roulé dans l’iris
un matin
d’orchidées trouvées

Nicole Brossard

Quotidiennes

Voici que dans cette journée
Le ciel d’azur proclame
Qu’il va s’ouvrir,

Que nous allons voir
Ce dont nous ne savons
Rien que l’existence,

Que ce sera la grande révélation,
L’éblouissement où nos profondeurs
Se laisseront dévoiler

Et nous vivrons alors
Selon ce désir fou
Qui est en nous –

Cela s’annonce tous les jours
Et chaque jour nous espérons
Que ce sera pour aujourd’hui.

Guillevic

les beaux mots ont été glanés sous l’arbrealettres

 

mystère de ce soir

22 mars 2017 § Poster un commentaire

je ne suis pas de celles qui se laissent coller un meurtre sur le dos… même pour une fondue! le dessin rencontre de ce soir est apparu comme l’indice ultime que tout n’était qu’apparence: le principal était d’en rire… le lapin a enfin rejoint le ciel… plus personne ne se souvient de ce qu’il y a dans ce foutu couvre-chef… le chapeau claque pour la tête qui le mérite… lo lo lo lo… qu’il est doux de délirer en bonne compagnie… qu’il est léger de se laisser porter par le bruit de la pluie…

La magie de la poésie consiste à rendre compte du monde,
non en le désignant,
mais en le révélant.

Jean-Marc Debenedetti

 

Printemps, prends-moi ! 

21 mars 2017 § 1 commentaire

dessiné dans le M2 parce que aime deux … 

laisse le printemps te prendre

20 mars 2017 § Poster un commentaire

Le printemps est là, superbe!

Il est là, le printemps, le superbe printemps!
De longs bateaux légers, le vieux Danube rêve.
Il est là, le printemps, le printemps plein de sève!
Entends…
Et vois le vent d’avril qui roule et qui soulève
Les senteurs de nos prés. Avec elles, joyeux,
Le vent joue au cerceau. Sens-tu son allégresse?
Dis-le! Sais-tu ce que je veux?
Il me faudrait une maîtresse
Sous le venteux éveil,
Une maîtresse au souffle frais, vermeil,
A la carnation de perce-neige.
« Etreins-moi, Belle Biche! Encore! » lui dirai-je.
Chaque enfant est un rire au savoureux solfège.
II est là, le printemps,
Le joyeux cri du ciel! Entends!
II est venu, dis-tu, plus tôt que de coutume?
L’hiver aurait-il existé?
Il n’a jamais été!
Avant de naître, il fut posthume!
Eclose ton grand cœur! Jaillissent les bourgeons
Issus de nos poumons!
Monte le vent d’avril plus léger que la plume!

Attila Jozsef

trouvé chez Arbralettres à qui je souhaite un printemps foisonnant et léger…

dessiné dans le métro aujourd’hui … sève d’équinoxe … vert salvateur et régénérant … douce fraîcheur

et tout se vide de sens … 

16 mars 2017 § Poster un commentaire

aperçu de mon carnet du moment … 

détail dans l’atelier

11 mars 2017 § 4 Commentaires

juste saisi maintenant, un peu de lumière sur le dessin accroché au mur de l’atelier… acrylique et crayon sur sac papier pour ordures… 

Pour qu’aucune lumière ne nous aime

Ils sont venus
portant drapeaux acérés et pistolets
ont abattu toutes les étoiles et la lune
pour qu’aucune lumière ne nous reste
pour qu’aucune lumière ne nous aime

Alors nous avons enterré le soleil
Ce fut une éclipse sans fin

***

Damit kein Licht uns liebe

Sie kamen
mit scharfen Fahnen und Pistolen
schossen alle Sterne und den Mond ab
damit kein Licht uns bliebe
damit kein Licht uns liebe

Da begruben wir die Sonne
Es war eine unendliche Sonnenfinsternis

Rose Ausländer

trouvé chez Arbrealettres… mon pourvoyeur de mots…